La fausse histoire de La Totale

La fausse histoire de La Totale (Mais on aimerait qu’elle soit vraie

 

Samedi 3 mars 2018:

 

Je me déhanche sur la piste du Macumba dans ma plus belle combi dos nu, quand le bas de mon ventre me rappelle que j’en suis à ma 5ème bière et qu’il serait donc temps que j’aille “me repoudrer le nez”. Je repère la file de 5 nanas qui font la queue, ayant eu la même idée. Mais il semble par contre, qu’elles aient décidé, après leur double “pi” achevé, de réellement se remaquiller on dirait ? C’est long... et je commence à être pressée.

 

... [...] [...] [...] (attente)

 

Je n’en peux plus. Quand la place se libère enfin je me précipite avec élan dans les toilettes et claque la porte. Elle revient sur moi telle un ressort car bien sûr, le verrou est cassé. Il faudra donc que je la tienne en pissant ? : tant pis. Evidemment la lumière ne fonctionne pas. On fera avec. Mon corps tout entier réclame le déchargement du fardeau quand je réalise que… non… si… cette combi dos nu je l’aime autant que je la déteste... L’affaire ne vas pas être simple. Il n’y a plus le choix, c’est une urgence, j’arrache tout.

 

C’est le plus mémorable déhanché que j’ai fait ce soir là au Macumba, nue, dans les toilettes, quand la porte s’est grande ouverte au moment où je me suis vidée d’effroi dans les toilettes turques et sur ma combinaison préférée. Depuis ce jour, je n’ai plus porté de combinaison. Jusqu’en mars 2019, le jour où j’ai décidé de créer La Totale. Désormais nos plus belles combinaisons sont domptées, et dotées d’un système d’ouverture à l’entrejambe, pour que plus jamais, ce vêtement ne nous humilie de la sorte.  

Nan mais...

Adèle CEO La Totale